N° 21 Février 2012

La crise n’épargne pas le secteur de la santé. Une opportunité pour rendre notre système de soins plus efficient ?

L’accord de Gouvernement impose des mesures d’austérité importantes à tous les niveaux, et le secteur des soins de santé n’y échappe pas. Les marges importantes que connaissent les soins de santé depuis 2005 en font d’ailleurs l’un des secteurs qui contribue le plus à l’effort d’assainissement budgétaire en 2012 : 2,3 milliards d’euros. Il en sera de même pour 2013 et 2014 : la norme de croissance (hors inflation) a été fortement réduite et est fixée respectivement à 2 % et 3 % (contre 4,5 % depuis 2005).

par Olivier Gillis, Collaborateur au service Recherche et Développement de la Mutualité chrétienne

et Jean Hermesse, Secrétaire général de la Mutualité chrétienne.

Contexte

Avant toute épure, l’objectif budgétaire des soins de santé pour 2012 était fixé à 27,6 milliards d’euros. Le secteur ayant connu des marges importantes et croissantes ces dernières années, les dépenses prévues pour 2012 sont largement en dessous du budget initial : 26 milliards d’euros ; ce qui laisse une marge théorique de 1,6 milliard. Ces dernières années, une partie importante de ces marges a été transférée aux autres secteurs de la sécurité sociale.(...)

Je désire commander cette revue

N° 21 Février 2012

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros