#occupygezi : les raisons de la contestation

Edito

L’unité dans la diversité !

Ce 21 juillet 2013 restera gravé dans de nombreuses mémoires. Notamment
à travers ce qu’il n’est pas
excessif de qualifier de communion de
pensées, qui permit aux hommes et
aux femmes de notre Pays de manifester
leur besoin d’attachement au(x)
Roi(s), en leur faisant part de la profonde
reconnaissance qu’ils éprouvent
à l’égard d’un règne qui restera
un règne éclairé par une sensibilité
empreinte d’humanisme et de tolérance.

Au-delà des obstacles que notre
société belge doit surmonter, au-delà
des difficultés qui pèsent sur un trop
grand nombre d’entre nous, malgré
les crises économiques et identitaires
qui ont bouleversé et bouleversent
encore notre Pays, nous nous devons
de relever, chacun et ensemble, le défi
de l’épanouissement par l’audace et la
créativité. Cet élan ne peut, évidemment,
se limiter à l’intention mais doit,
absolument, s’accomplir au travers
d’actes concrets et positifs. Notre
monde est en mal d’espoir… C’est à
nous tous qu’il appartient de balayer
la morosité ambiante et d’ouvrir des
perspectives nouvelles et lumineuses.

A l’aube de la mise en oeuvre de la
6ème réforme de l’Etat, notre Pays tout
comme notre société, à tous les
niveaux, a le plus grand besoin de
croire en une possible union, en une
possible cohésion, en une possible
volonté de solidarité. Ainsi, prônons le
rapprochement et la fraternité contre
l’individualisme ; la générosité et l’ouverture
contre le repli sur soi ou sur sa
communauté. De cette volonté collective
naîtra un nouveau paysage
intégrant et articulant les complémentarités
sociales, culturelles ou
économiques. Non pas parce que
nous y sommes condamnés, mais
parce que nous y voyons un véritable
espoir de lendemains meilleurs. Nos
aînés y tiennent ! Nos jeunes y accordent
une réelle importance ! Le succès
des manifestations collectives
sous le couvert voire au nom de la
Belgique l’attestent à suffisance. Tout
comme l’importance considérable,
dans notre Pays, des mouvements
associatifs et des organisations
sociales qui enrichissent et renforcent
la société civile aux côtés des élus,
quel que soit le niveau de pouvoir. Au
fond, n’est-ce pas là aussi notre
devoir citoyen, notre responsabilité à
tous ?

N’avons-nous pas tous en nous la
volonté de participer à la construction
d’un destin commun où respect et
tolérance se marieraient dans une
union harmonieuse ? A toutes les
échelles, je nous en crois profondément
capables. Mais il appartient
aussi aux « faiseurs d’opinions » et à
tous les responsables de nos diverses
instances d’y contribuer activement !
Privilégiant le rassemblement et la réunion
à l’éclatement et la dispersion :
ce combat-là n’est pas dépassé, il n’a
jamais autant été aussi actuel, aussi
moderne… aussi vital ! Privilégiant le
droit, la reconnaissance et le respect
de la différence à la revendication de
la différence, qui implique trop souvent
une logique de rapports de force
et de combat… une logique de
gagnant et de perdant, une perspective
de division et de séparation… Le
respect de la différence n’étant pas
synonyme d’indifférence, construisons
des ponts au-dessus des murs
que certains essayent d’ériger au sein
de notre pays ou de nos collectivités
locales à la seule fin de le diviser. Sans
vouloir plagier : l’Unité dans la diversité
 ! Parce que nos différences sont
aussi ce qui nous singularise et nous
donne originalité et richesse individuelles,
vivons-les comme des atouts,
utilisons-les comme les ingrédients
voire les outils qui nous permettront
de construire une société meilleure. Il
y va de notre responsabilité à tous,
au-delà de nos différences !
Non, il n’est pas ringard de remercier
notre Roi Albert II ainsi que la Reine
Paola qui ont incarné la Belgique
durant les 20 années de leur règne.

Les événements des dernières
semaines ont prouvé à quel point le
capital sympathie de nos Souverains
restait grand ! Par sa proximité avec
chacun de ses compatriotes, par sa
simplicité, son humour et sa jovialité,
notre Roi a fait preuve d’une humanité
que personne ne peut lui contester.
Partisan de « nouvelles formes de
vivre ensemble dans notre pays »,
comme il se plaisait à répéter, il nous
a prouvé à la fois sa modernité et son
ouverture. Bien plus qu’un symbole,
bien plus qu’une icône, il est et restera
sans doute un homme rayonnant et
proche, dont le sourire et le regard
bienveillant ont contribué à effacer les
barrières sociales et culturelles !
Bonne chance au Roi Philippe qui, renforcé
de la très charismatique Reine
Mathilde, veillera sans aucun doute à
renforcer cette ligne d’action à la fois
très actuelle et très prometteuse de
solidarités renforcées !

Marc Elsen, Président de la DCWB

#occupygezi : les raisons de la contestation

Les autres titres de ce numéro

Autres Numéros